Travailleur

Lucien Gionest

Malgré les longues luttes syndicales, malgré toute l’énergie déployée pour préserver son emploi, le quotidien de Lucien Gionest reste incertain. Travailleur en usine de crustacés en Gaspésie, il enchaîne pendant l’été des semaines de 70 heures épuisantes, dans l’espoir d’obtenir un chômage à peu près décent lors de la saison morte. Un chômage pour lequel il ne sera éligible que si l’usine lui permet de travailler au moins 14 semaines. En échange, Lucien reçoit un salaire très bas, et peu de reconnaissance : « Je prends 70 heures que je te donne à toi au boss, pour ton produit à toi, pour te faire faire de l’argent, pour que ton usine travaille… et tu donnes pas de reconnaissance ». Un quotidien extrêmement frustrant, que certains de ses collègues continuent de subir à 70 ans et plus afin de pallier cette insécurité financière. 

Écoutez les témoignages de Lucien

EP. 4

C’est bien de valeur

Êtes-vous à risque dans votre organisation ?